jeudi 20 juillet 2017

The revolution of Ivy - AMY ENGEL

L’histoire
J'ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L'homme que j'aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d'attendre que la faim et la soif et raison de moi. Ou bien qu'une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant... Mais je refuse d'abandonner. J'en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d'agir, enfin.
Bishop me l'avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà e la barrière, c'est encore pire. L'hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l'eau, des vivres, un abri. D'autres condamnés avec lesquels m'allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener, purement et simplement, la révolution ?
Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.

Mon avis
J’avais lu le premier tome de cette duologie et ne voulait pas trop la faire attendre pour lire la suite, j’ai donc profité d’une lecture commune sur Livraddict pour sortir ce livre de ma PàL ce mois-ci.

Tout comme le premier tome, cette lecture a été très rapide. Le style est simple mais efficace et addictif.

Je dois dire que je suis super contente de la lecture de cette dystopie qui ne reprend pas tous les codes du genre et ça fait un bien fou.

Ivy est une vraie héroïne et si, parfois, elle a pris des décisions qui me semblaient défier toute logique, je l’ai trouvée quand même très courageuse, déterminée. Elle ne se laisse pas abattre et fait vraiment tout pour survivre au mieux. Personnellement, j’ai été traumatisée par la scène au début du roman (je ne vous spoile pas grand-chose) où elle mange un lézard cru pour assurer sa survie. J’ai eu la nausée par procuration.

J’ai beaucoup aimé aussi les deux nouveaux personnages qui font leur entrée dans ce tome, Caleb et Ashley, même si j’ai trouvé leur attachement à Bishop et Ivy un peu précipité…


Globalement, je trouve que c’est une très belle conclusion à cette duologie, même si le deuxième tome a quelques problèmes de rythme au milieu de l’histoire où la romance Ivy / Bishop prend trop le pas sur l’histoire. Mais le dénouement final me semble vraiment parfait et à la hauteur de cette dystopie qui sait vraiment se démarquer de ce qui se fait dans le genre. 

mardi 18 juillet 2017

La grand-mère de Jade - FREDERIQUE DEGHELT

L’histoire
"J'ai beaucoup lu, depuis très longtemps. Je suis une lectrice assidue, une amoureuse des livres. On pourrait le dire ainsi. Les livres furent mes amants et avec eux j'ai trompé ton grand-père qui n'en n'a jamais rien su pendant toute notre vie commune. Jade eut l'impression que Mamoune lui assénait cette révélation comme si elle avait fait le trottoir, transformant la lecture en une activité inavouable."

Mon avis
J’ai sorti ce livre de ma PàL en profitant d’une lecture commune organisée par Bookwormette sur Livraddict. Il trainait dans ma PàL depuis quelques temps déjà et je dois reconnaître que sans ça, je n’aurais probablement pas de sitôt lu ce roman. Au final, je suis plutôt contente de l’avoir fait, même si je n’ai pas été complètement convaincue par ce roman. Venez, je vous explique pourquoi.

Je pense que cette histoire me restera en tête un moment, parce qu’elle a fait résonner en moi une profonde nostalgie, des souvenirs d’enfance perdus. Et rien que pour ça, je ne pourrais jamais regretter cette lecture. Et la plume de Frédérique Deghelt m’a beaucoup aidée en ce sens. Le roman est vraiment bien écrit, d’une façon presque poétique je dirais. Aucune lourdeur de style dans ce texte qui se lit très facilement. On y alterne les points de vue de Jade et de sa grand-mère de façon très fluide. De ce point de vue, la lecture a vraiment été agréable.

Parlons un peu personnages. On retrouve dans ce roman Jade, une journaliste de trente ans qui, en apprenant que ses tantes ont décidé de placer sa grand-mère en maison de retraite, se précipite sur les routes pour lui éviter cette épreuve et lui proposer de vivre avec elle à Paris. Va s’ensuivre une colocation pour le moins originale, mais riche en émotion et en découvertes.

Si dans un premier temps, Jade m’a beaucoup impressionnée pour le courage dont elle fait preuve, après tout, ce n’est pas si évident que ça de renoncer du jour au lendemain à sa solitude pour vivre avec sa grand-mère, elle a perdu de l’intérêt à mes yeux au fur et à mesure que l’histoire avançait. Elle est un peu superficielle et je n’ai juste pas tant été charmée par son histoire que par celle de Jeanne, sa grand-mère.

Jeanne m’a vraiment beaucoup plu. C’est une dame âgée mais qui est encore très indépendante et énergique. Elle aussi m’a impressionnée par son courage car à plus de 80 ans, accepter de se déraciner, quitter la montagne où elle a toujours vécu pour aller vivre à Paris, c’est un changement qui n’est vraiment pas anodin. Et pourtant, elle n’y réfléchit pas vraiment et suit Jade. Elle a une clairvoyance et des réflexions sur la vie qui me l’ont rendue très attachante.

Ce roman cependant, n’est pas seulement une jolie histoire mais c’est aussi une invitation à la réflexion au sort que nous réservons aux personnes âgées dans notre société actuelle. Et en cela, Jeanne a eu des réflexions qui m’ont émue, notamment quand elle constate amèrement que, passé un certain âge, sans qu’on s’en rende compte, il semblerait que sa vie ne lui appartienne plus vraiment.

Malgré tous ces bons points, il y a quand même un je-ne-sais-quoi qui m’a chiffonnée pendant ma lecture. Je ne saurais vraiment expliquer son origine, mais je n’avais jamais vraiment envie de reprendre ma lecture de ce roman. Même si l’histoire était plaisante, elle m’ennuyait un peu au fond. Et c’est ce qui fait que cette lecture s’est révélée un peu mitigée pour moi.

Le dernier aspect de ce roman que je voudrais évoquer avec vous, c’est l’épilogue. En trois pages d’épilogue, l’auteure a complètement changé la donne sur son roman, remet en question tout ce que nous avons lu et a brisé mon pauvre petit cœur au passage… Je ne vous en dis pas plus, mais cet épilogue est vraiment très fort, avec un pouvoir dévastateur. Après, on adhère ou pas, ça, c’est complètement personnel.


Au final, on a dans ce roman une très belle combinaison entre une écriture poétique, une histoire touchante, des personnages attachants, un final explosif et pourtant, l’ensemble ne m’a pas convaincue plus que ça puisque je me suis beaucoup ennuyée au cours de cette lecture. Et pourtant, ce que j’en retiendrai, c’est les souvenirs de mes grand-mères qui sont remontés à la surface au fil des pages. 

samedi 8 juillet 2017

Les heures lointaines - KATE MORTON

L’histoire
Lorsqu'elle reçoit un courrier en provenance du Kent qui aurait dû lui arriver cinquante ans auparavant, Meredith Burchill révèle à sa fille Edie un épisode de sa vie qu'elle avait gardé secret jusqu'alors. En septembre 1939, comme beaucoup d'autres enfants, Meredith avait été évacuée de Londres et mise à l'abri à la campagne. Recueillie par des aristocrates du Kent dans le château de Milderhurst, elle était devenue l'amie de l'excentrique et talentueuse Juniper, la cadette de la famille. 
Pourquoi Meredith a-t-elle dissimulé son passé à sa propre fille ? Et pourquoi n'est-elle pas restée en contact avec Juniper, devenue folle après avoir été abandonnée par son fiancé ? Afin de reconstituer le puzzle de son histoire familiale, Edie se rend au château de Milderhurst dont les vieilles pierres cachent plus d'un secret.

Mon avis
J’adore les romans de Kate Morton qui a un don pour les ambiances mystérieuses et les secrets de famille. Je crois que c’est mon genre de roman préféré. Pour ne pas être à court de ses romans, je les lis très espacés les uns des autres. Et là, soyons honnêtes, ça faisait plusieurs années que je n’avais plus lu un nouveau roman, j’étais donc toute excitée d’enfin sortir de ma PàL un de ses romans.

Coupons court au suspense, je suis super contente de l’avoir lu, mais je l’ai trouvé un cran en-dessous de ses deux romans précédents que j’ai déjà lus (à savoir Les brumes de Riverton et Le jardin des secrets). Il m’a manqué en fait cet aspect addictif qui sont pour moi un aspect important des romans de Kate Morton. J’aime cet état de suspense constant, être en attente d’une nouvelle révélation, être obsédée par ma lecture même quand je fais autre chose. Et vouloir profiter de chaque temps mort pour reprendre ma lecture. Et ça n’a pas été le cas cette fois-ci. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs dans ce roman. Beaucoup de passages me semblent en fait après lecture complètement inutiles. Bien sûr, ça permet de balader le lecteur dans une mauvaise direction, bien sûr, ça contribue à mettre en place l’atmosphère du roman, mais ça alourdit quand même la lecture.

Au-delà de ça, j’ai adoré le reste du roman. J’ai aimé les personnages, découvrir leur histoire. Comme toujours, on a ici des personnages très fouillés et j’ai adoré découvrir les liens entre chacun des personnages, les secrets qui les réunissent ou les séparent. Ce sont les trois sœurs Blythe qui m’ont le plus conquis. Trois sœurs aux personnalités très différentes et qui cachent des secrets, des rêves et des désirs incompatibles, des tragédies. Et puis, au final, ce roman, c’est leur histoire qu’il raconte. J’ai trouvé les personnages de Edie et de sa mère Meredith superflus dans le roman, leur présence se justifiant seulement comme l’excuse permettant de lancer et faire avancer l’histoire.

Pour ce qui est de l’intrigue, je l’ai trouvée un petit peu faible, elle semble se perdre au milieu des nombreuses pages du roman et ne ressort pas suffisamment. Le récit est découpé en plusieurs périodes, plusieurs points de vue, une découpe parfaitement maitrisée par l’auteure qui ne m’a jamais perdue dans ces successions d’époques. J’ai en revanche trouvé que les révélations, tout comme le dénouement, même si complètement surprenants, étaient un peu faibles par rapport à la longueur du roman. Ca manquait un peu de cette dimension d’exceptionnel, cette sensation d’ébahissement complet, qui nous laisse bouche bée.

Une très grosse réussite de ce roman, c’est l’atmosphère qui y règne. Ces trois sœurs vivant dans leur château depuis toujours, ce château mystérieux, ces histoires sordides qui s’y sont jouées, les passages secrets qu’il recèle, le roman écrit par Raymond Blythe et qui semble avoir pour cadre Milderhurst, tous ces éléments contribuent à instiller à l’histoire une dimension gothique presque mystique que Kate Morton a su retranscrire à la perfection.


Au final, ça a été pour moi une très bonne lecture dans une atmosphère mystérieuse, des personnages très forts et complets qui donnent toute sa dimension au roman mais au rythme malheureusement inégal, où les développements et révélations ne contrebalancent pas suffisamment les longueurs de l’histoire à mon goût. 

mercredi 5 juillet 2017

En bref ce mois-ci

Encore une fois, je viens faire le point avec vous sur mes lectures du mois. Je suis très contente de mon rythme de lecture ce mois-ci, j’ai quand même été largement aidée dans cette tâche par le fait d’être au chômage.

Mes lectures
·         Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand
·         A court of mist and fury de Sarah J. Maas
·         Never, never tome 1 de Colleen Hoover et Tarryn Fisher
·         La vie est facile ne t’inquiète pas d’Agnès Martin-Lugand
·         Requiem de Lauren Oliver
·         Les lettres de Rose de Clarisse Sabard
·         La liste de Siobhan Vivian
·         L’élue de Lois Lowry
·         Did I mention I miss you d’Estelle Maskame
·         Felicity Atcock tomes 1 et 2 de Sophie Jomain
·         Les heures lointaines de Kate Morton (chronique à venir)
J'ai donc réussi à lire 11 livres pour 4505 pages. 

 

Mes abandons
Attachment de Rainbow Rowell

Mon book haul
Encore un book haul très chargé ce mois-ci avec :

  

Je vais nous épargner de vous dresser la liste de tous les livres qui ont encore rejoint ma PàL... Comme vous pouvez sûrement le voir, il y a eu un gros craquage de livres en VO quand je suis allée à Londres (d'ailleurs, pour être honnête, il en manque deux que mes parents ont mis dans leurs valises parce que je dépassais les 23 kg réglementaires...). Je n'ai aussi pas pu m'empêcher de craquer lors de divers passages à Easy Cash et à Gibert... 
Parmi tous ces livres, j'ai particulièrement hâte de lire : 
- A darker shade of magic de V.E. Schwab, 
- Thirteen reasons why de Jay Asher, que je veux lire avant de regarder la série sur Netflix, 
- Replica de Lauren Oliver qui m'intrigue beaucoup depuis sa sortie aux US
- Sexy lawyers et The air he breathes, deux séries de New Adult qui ont eu beaucoup de succès
- le dernier Marc Lévy
- Les Outrepasseurs de Cindy Van Wilder qui me tente terriblement depuis très longtemps ! 
- Hollow City et La bibliothèque des âmes de Ransom Riggs, afin de découvrir la suite et la fin de cette saga dont j'ai beaucoup aimé le premier tome. 
Bien sûr, tous les autres me font envie aussi, ils ne seraient pas là sinon ! ;) 

Mes objectifs du mois de juin
·         Lire au moins 2500 pages – REUSSI avec 4505 pages
·         Lire au moins un livre en VO – REUSSI avec A court of mist and fury, Never, never et Requiem.
·         Lire au moins un livre de plus de 500 pages – REUSSI avec l’intégrale des deux premiers tomes de Felicity Atcock et A court of mist and fury.
·         Lire au moins un livre numérique - REUSSI avec Never, never, La vie est facile ne t’inquiète pas et Did I mention I miss you.   

Mes objectifs pour le mois de juillet
Compte tenu des scores des mois précédents, je vais remonter un peu le nombre de pages mensuelles à lire.
·         Lire au moins 30000 pages 
·         Lire au moins un livre en VO
·         Lire au moins un livre de plus de 500 pages 
·         Lire au moins un livre numérique


Le livre tiré de la bookjar « Numérique »  

Et ce mois-ci, le sort a désigné...


Avec tout le bruit qu'a fait cette saga, je suis vraiment curieuse d'en découvrir le premier tome ! 

N'hésitez pas à me dire si nous avons des lectures en commun (ou des nouveaux livres dans la PàL !!). A bientôt pour une nouvelle chronique !