mercredi 29 juin 2016

Delirium tome 1 - LAUREN OLIVER

L’histoire :
Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes…
« Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

Mon avis
Ce livre fait partie des nombreux livres que j’ai reçus à Noël et mon anniversaire. J’ai finalement décidé de le lire après avoir fait un petit sondage sur Livraddict et sur Facebook. Je ne regrette absolument pas mon choix, j’ai adoré cette histoire.

On se trouve encore une fois dans une dystopie, comme il en existe déjà beaucoup, mais je n’en ai pas lu tant que ça, j’en ai apprécié encore moins alors pour ma part, je ne me suis pas encore lassée du genre. Et celle-là m’a complètement emballée.

J’ai beaucoup aimé l’idée de départ qui stipule que l’amour est une maladie. Cette idée n’est certes pas nouvelle, elle est assez reprise dans les romans, les poèmes, les chansons, les films… bref partout. J’ai bien aimé qu’ici, on pousse la métaphore encore plus loin pour en faire la réalité des personnages. Le sujet a été traité habilement par l’auteure car on aurait vite pu tomber dans l’excès, faire de toutes ces personnes guéries des robots, mais l’auteur a su malgré tout donner une part d’humanité à ces personnages qui ressentent malgré tout un tas d’autres sentiments : de l’énervement, de la patience, la honte, la peur.

Au-delà de ça, et c’est ce qui m’empêchera d’attribuer le coup de cœur à cette saga, le schéma narratif est horriblement prévisible. Même si je ne devinais pas avec précision ce qui allait se passer, j’ai largement vu venir les coups de chance ou de malchance des personnages, il n’y a aucune originalité sur ce point-là. Malgré cela, ce livre se lit très bien, l’écriture est très fluide et agréable, comme c’est souvent le cas dans les romans à destination de la jeunesse.

Au final, ce qui m’a vraiment fait aimer cette histoire, ce sont les personnages. Je me suis très rapidement attachée à tous. A Lena, dont j’ai aimé voir l’évolution tout au long du roman. La voir passer de conformiste à anti-conformiste et rebelle, voir ce qui l’a amenée à en arriver là, la voir tomber amoureuse. Alex est le personnage auquel je me suis le moins attachée dans ce tome. Je ne l’ai pas détesté, je l’ai juste trouvé un peu moins intéressant que les autres et ne l’apprécie pour l’instant que dans la mesure où il fait vivre la romance du livre. J’ai aussi beaucoup aimé Hana, la meilleure amie de Lena, qui est clairement une fille qui aime la vie et en profite autant qu’elle peut, une fille un peu rebelle, qui fait partie des personnes qui vont faire réfléchir Lena sur son style de vie et sur ce qui l’attend. J’ai d’ailleurs été déçue par une de ses décisions…


En bref, vous l’aurez compris, ce premier tome aura été un presque coup de cœur pour moi, le seul bémol étant la complète prévisibilité du livre. Ca ne me dérange pas énormément, mais j’aurais préféré être surprise. En tout cas, j’ai vraiment hâte de lire le tome 2, même si j’appréhende un peu car, du peu que j’en ai lu des résumés et avis, j’ai peur de retrouver des schémas qui me plairont beaucoup moins… 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire